Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2014

Merci

Nous remercions toute la population pour sa générosité lors du sinistre de la rue McKinnon. Comme les besoins les plus pressants ont été comblés, dorénavant, les Chiffonnières prendront seulement les vêtements.

Read Full Post »

Une série d’ateliers sur la Confiance en soi débutera mardi le 18 mars à 13h30. Pendant 6 semaines, à raison d’une rencontre par semaine, les femmes pourront développer, améliorer leur confiance en elle.
Elles recevront des trucs pour augmenter et conserver ce sentiment d’être sûre de ses possibilités. L’aventure vous intéresse? Composez le 418-562-6443

Read Full Post »

À la suite de la résolution de Copenhague, la Journée internationale des femmes est célébrée pour la première fois le 19 mars 1911 en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes participent à des rassemblements.
En 1913 et en 1914, les femmes vivant en Europe ou en Russie tiennent des rassemblements à la fin du mois de février ou au début du mois de mars pour protester contre la guerre ou pour exprimer leur solidarité envers les autres femmes.
csf.gouv.qc.ca L’origine « véritable » du 8 mars

Read Full Post »

Félicitations à madame Stéphanie Murray-Martin, heureuse élue du tirage du panier de Saint-Valentin qui a eu lieu à la boutique Les Chiffonnières le 13 février dernier.

Read Full Post »

Des faits historiques
Le Woman’s Day en Amérique
La Journée internationale des femmes tire son origine d’une manifestation pour le droit de vote des femmes organisée par le Comité national de la femme du Parti socialiste américain et qui a eu lieu le dernier dimanche du mois de février 1909. Connue sous le nom de Woman’s Day, elle demeure l’une des activités officielles du comité et sera célébrée annuellement aux États-Unis jusqu’en 1914.

La Journée des femmes en Europe
En 1910, à l’occasion de la 2e Conférence internationale des femmes socialistes à Copenhague, l’Allemande Clara Zetkin, alors présidente du Secrétariat internationale des femmes socialistes, propose l’instauration d’une journée des femmes qui serait célébrée à chaque année pour servir la propagande en vue de l’obtention du droit de vote des femmes. Cette proposition est approuvée à l’unanimité par les déléguées des 17 pays présents.

Read Full Post »

Elle sera là bientôt. La Journée internationale des femmes, comme nous la connaissons aujourd’hui, est un moment propice à la réflexion et à la recherche de solutions visant à améliorer la condition de chacune des femmes.
Cette journée spéciale puise ses racines dans diverses manifestations de femmes, dont les luttes ouvrières pour le suffrage universel féminin, en Amérique du Nord et en Europe au tout début du XXe siècle. À cette époque, le monde industrialisé connaît de grands changements, notamment sur les plans de la croissance démographique et des idéologies radicales.

Des faits historiques
La « véritable » origine du 8 mars, Journée internationale des femmes, serait principalement marquée par deux faits historiques : le Woman’s Day en Amérique et la Journée des femmes en Europe.

CONSEIL DU STATUT DE LA FEMME. L’origine « véritable » du 8 mars Février 2009
http://www.csf.gouv.qc.ca

Read Full Post »

Notre centre de documentation Publi-femmes s’est enrichi cette semaine de deux ouvrages intéressants. Un nouveau numéro (53) de la revue sociale et politique À bâbord! dont l’éditorial s’intitule Le 8 mars : pas vraiment de quoi fêter!, du côté actualité on trouve un article sur La consommation responsable et du côté international Sotchi: jeux de puissance pour la Russie. Le Dossier spéciale de ce numéro contient plusieurs articles touchant l’après-crise économique ou crise permanente? Où en sommes-nous?
Nous avons également reçu en don le livre Une tasse de réconfort pour les femmes qui est un recueil d’histoires qui chantent la force et la beauté de la femme. Tous les documents sont disponibles pour prêt à toutes les femmes possédant leur carte de membre. Bonne lecture.

Read Full Post »

En 1984, Sylvie Bernier est la première Québécoise à gagner une médaille d’or aux Jeux olympiques, ceux de Los Angeles.

Read Full Post »

Mardi 11 février 13h30, deuxième rencontre de la formation Gestion de l’anxiété. Le groupe est présentement complet mais cette formation sera à nouveau donner à compter du mardi 6 mai en soirée. Pour réserver sa place on contacte Stéphanie au 418-562-6443.
Jeudi 13 février le tirage du panier-cadeau rempli de gâteries pour célébrer la Saint-Valentin sera effectué en après-midi. Bonne chance à tous!
Vendredi 14 février, on célèbre la Saint-Valentin. Venez fêter avec nous à partir de 13h30 au petit salon.
Également vendredi le 14 février il y aura une vente à 1$ à la boutique Les Chiffonnières. Bienvenue à tous!

Read Full Post »

C’est en 1920 que Gabrielle Pleau vit le jour à Loretteville. Cinq ans plus tard, la mort de son père vint assombrir le portait familial. Seule avec quatre enfants, sa mère dut prendre la relève de l’entreprise de traitement de la fourrure laissée par son mari. Ses quatre filles durent mettre la main à la pâte et participer aux tâches de la maison.
La nature sportive de Gaby Pleau apparut dès son jeune âge. Les voisins l’appelaient « la diablesse », car elle était très active et préférait la compagnie des garçons. Comme eux, elle aimait le dynamisme des sports et n’avait pas peur de se salir. Elle pratiqua très tôt la course, la raquette et le ski de randonnée. Partout, ses performances attiraient l’attention.
À l’adolescence, les talents de Gaby Pleau étaient déjà bien connus des gens de Loretteville. Le maire venait régulièrement demander la permission maternelle pour qu’elle puisse défendre l’honneur de la ville lors des compétitions. Ses victoires en raquettes ou en patinage de vitesse lui permirent d’affronter les meilleures compétitrices de la région.
D’abord passionnée par le ski de randonnée, Gaby se tourna ensuite vers le ski alpin, qu’elle trouvait plus excitant. Vers la fin des années 30, ce sport connut un essor important et, dès le début des compétitions, elle se tailla une place de choix parmi les meneuses de la région. On la disait déjà promise à une carrière fulgurante.
Dans les années 30, le ski alpin fit son entrée parmi les disciplines olympiques. Malheureusement, la Deuxième Guerre mondiale éclata, et les Jeux furent reportés. Gaby ne participera jamais à cette compétition mondiale en raison d’un accident de ski.
La carrière de Gaby Pleau se termina brusquement en 1946, en Californie, lorsqu’elle se fractura la jambe droite à huit endroits. Ironiquement, sa chute d’une soixantaine de mètres ne ralentit pas sa course, et on lui annonça qu’elle se classait sixième sur 35 participantes. Elle passa six mois dans le plâtre et échappa de justesse à l’amputation.
Même si sa carrière de skieuse fut abruptement écourtée, Gaby Pleau fut une pionnière dans le domaine sportif au Québec. En partie grâce à elle, un grand nombre d’athlètes féminines peuvent maintenant vivre leur rêve.

Read Full Post »

Older Posts »